D’où provient le pourboire?

pot tip

Nous nous demandons constamment quel est le montant que l’on doit laisser à notre serveur lorsque nous allons au restaurant. Nous sommes toujours inquiets à l’idée de donner trop ou pas assez de pourboire. Au Canada, la moyenne est de 15 % par facture et l’on peut décider si l’on donne plus ou moins dépendamment de la qualité du service que l’on reçoit.

Alors, commençons du début. Le pourboire a d’abord fait sa première apparition au 18ème siècle dans un restaurant de la Grande-Bretagne. Le patron de ce restaurant a installé, sur son comptoir, un pot avec l’inscription To Insure Promptness (TIP) qui signifie pour assurer la rapidité. Les clients voulant être servis rapidement devaient mettre quelques pièces dans ce pot et ainsi le serveur allait le servir avant les autres.

 Ensuite, c’est au 19ème siècle que cette pratique est apparue en France. Les cafetiers ainsi que les serveurs recevaient un pourboire lorsqu’ils offraient un service de qualité. Le pourboire, tel que son nom l’indique, signifiait un verre que l’on offrait en remerciement ou des sous pour se payer ce verre. En Allemagne ainsi qu’au Portugal, le pourboire était aussi destiné à l’achat d’un verre en échange d’un bon service.

 En Espagne, l’origine du pourboire est assez similaire à celle de la France. La Propina, pourboire, est une ancienne coutume consistant à boire la moitié d’un verre et de donner l’autre moitié à la personne à qui nous trinquions à la santé.

 Par contre, au Japon, il était mal vu de laisser du pourboire, voir insultant, puisque le serveur trouvait son revenu suffisant et il voyait le pourboire comme une faveur non nécessaire. Cette habitude est toujours maintenue à ce jour.

Le terme pourboire a évolué au fil du temps. Maintenant, le pourboire est non seulement donné aux serveurs, mais aussi aux travailleurs qui offrent un bon service aux clients tels que les coiffeurs, les chauffeurs de taxi, les livreurs, le personnel hôtelier, etc.

 

Source : http://www.linternaute.com/acheter/pourboire/histoire.shtml 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.