ARTICLES

La restauration en temps de pandémie

« Les gens préfèrent commander pour emporter ou bien se faire livrer leur repas directement à la maison. David Gagné a remarqué ce changement et a décidé de s’adapter très rapidement en faisant la promotion de son menu livraison et de ses nouveaux plats surgelés, plus particulièrement. »

Deux commerçants font la différence dans leur communauté en temps de pandémie

« Cette année particulièrement, ce genre de geste a encore plus de signification puisqu’il apporte un moment joyeux dans la vie des citoyens en cette période plus difficile. »

David Gagné, un employeur engagé pour la réussite éducative

« Je remarque que les jeunes de 15 à 16 ans sont des personnes très impliquées. Ils veulent faire une différence dans l’entreprise; ça nous apporte beaucoup de nouvelles visions dans l’entreprise et la communauté », souligne M. Gagné.

L’Halloween au restaurant Jack’O de Saint-Élie

« Le propriétaire du restaurant Jack’O de Saint-Élie, David Gagné, organise une maison hantée pour une deuxième année consécutive. Le sous-sol du restaurant est complètement méconnaissable avec des décorations, des lumières et plusieurs acteurs jouant un rôle. »

Deux commerces s’impliquent pour revitaliser le chemin de Saint-Élie

« Vous avez sans doute remarqué les jolies décorations devant les commerces du chemin de Saint-Élie depuis déjà deux semaines. Et bien, tout cela a été possible grâce à David Gagné, propriétaire du Jack’O de Saint-Élie ainsi qu’à Aline Caron, propriétaire du Dollar Plus. »

Quelle sera la suite pour le complexe commercial « Au pied des tours » ?

« Au moment où les propriétaires du complexe, André Leclair et Pierrette Gagné (aussi propriétaires des restaurants Jack’O) ainsi que leur fils, David Gagné, ont appris l’horrible nouvelle, ils ont immédiatement établi un plan d’action pour venir en aide le plus rapidement possible aux sinistrés. »

Pizza florentine classique

Quelles sont les origines de la pizza?

« Les premières « vraies » pizzas étaient d’abord servies sans la sauce aux tomates, puisque la tomate était auparavant considérée comme non comestible, celle-ci étant dans la même famille qu’un fruit similaire toxique : la belladone. Il n’y avait que de l’huile et des herbes sur le pain. »

« Au Japon, il était mal vu de laisser du pourboire, voir insultant, puisque le serveur trouvait son revenu suffisant et il voyait le pourboire comme une faveur non nécessaire. Cette habitude est toujours maintenue à ce jour. »

pot tip